Emmène-la à l’hôpital   !

Gayle Y. Brandvold

Gayle Y. Brandvold, Californie (États-Unis)

 

image

Anita a dit qu’elle allait bien, mais je me suis éloignée de son lit, je me suis agenouillée et j’ai prié.

 

J’étais célibataire et je travaillais à mon compte quand j’étais nouvelle membre de l’Église, c’est pourquoi certains jours j’avais du temps libre. Un de ces jours-là, j’ai téléphoné à la présidente de la Société de Secours pour lui demander si quelqu’un avait besoin d’aide cet après-midi-là. Elle a mentionné une sœur âgée nommée Anita (le nom a été changé) qui était récemment rentrée chez elle après un séjour à l’hôpital et qui se sentait seule. J’avais précédemment rencontré Anita et j’étais heureuse d’aller lui rendre visite.

Je l’ai appelée et suis ensuite allée à son appartement. Elle m’a demandé de lui préparer le repas et nous avons ensuite passé un excellent moment ensemble. Elle avait un bon sens de l’humour et aimait rire et raconter des histoires de sa vie.

Après le déjeuner, elle a dit qu’elle était fatiguée et m’a demandé de l’aider à sortir de son fauteuil roulant et à se mettre au lit. J’ai eu tôt fait de la border. Soudain, la petite voix douce dont j’avais tant entendu parler m’a dit : « Emmène-la à l’hôpital maintenant ! »

Anita détestait les hôpitaux et elle venait de rentrer chez elle. Je lui ai demandé si elle se sentait bien. Elle m’a dit qu’elle allait bien mais qu’elle se sentait fatiguée.

Je me suis éloignée de son lit et je me suis agenouillée. Dès que j’ai commencé à prier, la voix a répété : « Emmène-la à l’hôpital et fais-le maintenant ! »

J’hésitais, me demandant : « Que vais-je dire au médecin à l’hôpital ? »

J’ai appelé une amie qui a aussi prié et m’a dit ensuite de suivre mon inspiration.

Anita était fâchée à la seule mention que je voulais l’emmener à l’hôpital, mais j’ai tout de même appelé une ambulance. Quand elle est arrivée, deux auxiliaires médicaux sont entrés et ont ausculté Anita. Sans poser de questions, ils l’ont mise sur une civière et l’ont rapidement mise dans l’ambulance.

J’ai suivi dans ma fourgonnette. Arrivée à l’hôpital, je me suis assise et j’ai attendu. Bientôt, un médecin est apparu. Il m’a demandé : « Elle ne vous a pas dit qu’elle était tombée avant votre arrivée à son appartement, n’est-ce pas ? »

J’ai répondu : « Non. »

Il m’a dit qu’Anita s’était blessé la rate et qu’elle avait une hémorragie interne. Il a dit que, sans soins médicaux immédiats, elle aurait pu mourir.

J’ai ressenti un mélange de remords et d’exultation : remords d’avoir hésité et exultation d’avoir finalement écouté le Saint-Esprit. Surtout, j’étais reconnaissante de savoir que le Seigneur m’avait fait confiance pour aider cette sœur blessée et avait inspiré à ma présidente de Société de Secours de m’envoyer chez elle.

Ma santé s’est détériorée depuis cette expérience, mais le Seigneur continue à m’inspirer. Je prie toujours pour avoir la force de suivre ces incitations.